LOI DUFLOT


Plus de 150 professionnels de l'immobilier - syndics, conseillers en gestion patrimoine, transactionnaires, agents de location...- se sont rassemblés hier matin devant la Préfecture de la Haute-Garonne pour manifester contre la loi ALUR qui est examinée actuellement en commission économique au Parlement. Cette loi, portée par la ministre Cécile Duflot, fait actuellement l'objet d'une mobilisation dans plusieurs grandes villes. A Toulouse, comme à Nice et Bordeaux, des professionnels sont descendus dans la rue à l'appel d'un collectif réunissant l'UNIS (Union des syndicats de l'immobilier), la FNAIM (fédération des agents immobiliers), le FPI (fédération des promoteurs immobiliers), le SNAL (syndicat des agents lotisseurs). Leur but, faire infléchir Cécile Duflot pour qu'elle revoie son projet de loi sur le logement et les locations en particulier. Sous les fenêtres du préfet, les manifestants toulousains ont sifflé, agité des cartons rouges et des pancartes "A vendre ministère pour cause d'incompétence. Agence Duflop" avec le numéro de téléphone du ministère du logement. Ces pancartes seront affichées dans plusieurs agences. "On est écoutés par la ministre, mais pas entendus", résume Emmanuelle Lassalle, présidente régionale de la FNAIM. "La loi est floue au niveau de la garantie universelle des loyers et des loyers médians. La conséquence de cette loi sera le recul des investisseurs, la diminution de la production de logements neufs et une baisse du chiffre d'affaires des cabinets de 20 à 30 % qui se traduira par près de 500 emplois en moins en Haute-Garonne".                                                                                                                                                                 

 

 

 

 

Publié le